Actualités- AIFIE Missions et Objectifs - AIFIE Le Conseil d'Administration - AIFIE Contact - AIFIE

Accueil > Actualités de l’AIFIE > Francophonie « Privilégier la force de frappe coopérative » - Interview de (...)

Francophonie « Privilégier la force de frappe coopérative » - Interview de Philippe Clerc

Le 24 janvier 2008, l’ACFCI organisait un colloque avec l’OIF. Objectif : répondre à la question suivante : la Francophonie est-elle un vecteur de développement et de coopération internationale ? Interview de Philippe Clerc

R.IE : Pourquoi organiser un tel colloque ?

Philippe Clerc : Depuis longtemps, nous étions plusieurs notamment à l’AFDIE à penser qu’il existait une communauté de pratique francophone de l’IE avec laquelle il y avait intérêt à échanger des capacités d’analyses et des méthodes du fait du partage, au-delà de la langue, de valeurs et de références culturelles communes. Avec Daniel Tartonne nous l’avons nommé « l’arc francophone de l’intelligence économique » pour illustrer, suivant ainsi la courbe d’un méridien, la réalité de cette communauté depuis le Québec jusqu’au Vietnam, en passant par l’Europe, les Caraïbes, l’Afrique et le Moyen-Orient. Mais, jamais me semble-t-il les pratiques de cette communauté n’avaient été données à lire à cette échelle de grandeur, ni placée en état de communiquer plus au fond et de se rapprocher. Et puis, avec d’autres nous sommes la diversité de ses cultures et la richesse de ses réseaux constitue une source d’intelligence collective et de développement importante qu’il convient de mieux cerner pour mieux l’utiliser à des fins de coopération et de développement, au sein de son univers, entre son univers et les autres mondes.

D’où ce colloque organisé par l’Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et de l’Industrie (ACFCI), l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), le Forum Francophone des Affaires (FFA), le Pôle Universitaire Léonard de Vinci (PULdV) et l’Institut Catholique de Paris (ICP). Il a permis, à Paris et sur 10 sites distants en visioconférence d’organiser un dialogue et des échanges entre praticiens, universitaires, entreprises, diplomates (Algérie, Bulgarie, Canada, Haïti, Ile Maurice, Maroc, Roumanie, Sénégal, Tunisie et Vietnam).